100 Mona Lisa valent mieux qu’une

Multiples édités par des Kunstvereine

 

Exposition organisée à l’Espace Paul Ricard,
Paris, 2004.

Lorsque j’ai décidé de reprendre mes études et de m’inscrire au DESS « Art contemporain » de l’Université Paris-Sorbonne, je ne m’attendais pas à vivre des expériences aussi riches. J’ai beaucoup couru cette année-là, beaucoup voyagé aussi aux quatre coins de la France, en Angleterre, en Allemagne ou bien encore en Suisse.

J’ai rencontré de nombreux professionnels de la médiation culturelle et du marché de l’art contemporain. J’ai pu participer à l’organisation de conférences dans le cadre de la FIAC 2004 et organiser une exposition en collaboration avec les étudiants de l’ENSBA.

Mais une expérience fut particulièrement enrichissante et formatrice : l’organisation avec mes camarades de promotion d’une exposition consacrée aux multiples édités en Allemagne par les Kunstvereine.

Les Kunstvereine ont été créés à partir du XIXe siècle, grâce au soutien privé d’amateurs d’art, pour soutenir et promouvoir la création contemporaine au niveau régional et international. Ces structures s’apparentent à des centres d’art, mais leur grande particularité est liée à leur origine : éditer des multiples pour leurs adhérents. Dans la plupart des cas, c’est l’engagement de leurs adhérents, le développement du mécénat et les aides publiques qui les font exister.

100 MONA LISA VALENT MIEUX QU'UNE.

Andy WarholArtiste pop art

Cet événement fut l’occasion de mettre en avant la modernité des multiples, qui ne se réduisent plus aujourd’hui aux gravures et estampes. En effet, l’essor des nouvelles technologies offre une variété de supports pour ces œuvres dont le tirage est limité, numéroté et signé.

A la fois objet marchand et objet d’art, le multiple se saisit des accessoires de la société de consommation pour les détourner.

Le clin d’œil à la célèbre expression d’Andy Warhol s’est donc naturellement imposé lorsqu’il a fallu trouver un nom à cette exposition.

Nous avons collaboré avec la Galerie de multiples, conçu un plan de communication et de médiation, scénographié l’exposition qui se tenait à l’Espace Paul Ricard, une référence sur la scène artistique parisienne, notamment grâce à leur guide des galeries. Organiser une exposition, c’est aussi tenir un budget, rédiger des contrats de prêt et gérer des partenariats.

En marge de l’exposition, nous avons également organisé et animé deux conférences : « Le multiple dans le contexte institutionnel » et « Le multiple : initiatives privées ».

Notre travail nous a valu un article dans le n°2878 de Paris Match… Le début de la gloire !

Découvrez mon parcours

L’instant d’avant

Cash flow

FIAC 2004

Méta peinture