Panier

Il est essentiel de montrer vos œuvres afin de mesurer, le cas échéant, l’écart entre ce que vous y avez insufflé et ce que le spectateur perçoit. Vous pouvez vous confronter à vos pairs et à vos proches. Mais il est également bon d’avoir un regard extérieur. Il faut donc faire connaître votre travail afin de recueillir des critiques.

Comme tout artiste, vous cherchez à faire passer une idée, un message ou à apporter un nouveau point de vue esthétique. Votre réflexion artistique vous a permis de produire des œuvres qu’il vous faut confronter à des spectateurs.

Où montrer son travail ? Comment gérer les retours des spectateurs ?

Les questions se multiplient vite et les informations peuvent souvent vous décevoir si vous cherchez une solution rapide et immédiatement applicable.

Force est de constater qu’il n’y a pas de solution toute faite. Chaque artiste, suivant son mode d’expression, ses sujets ou le public qu’il souhaite toucher, devra définir sa propre stratégie de communication. Même si l’expression vous fait penser au monde de l’entreprise et du commerce, il ne faut jamais perdre de vue que si vous voulez vivre de votre art, il est indispensable de faire connaître votre travail, d’attirer l’attention et finalement de vendre vos œuvres pour vous rémunérer et travailler à en produire de nouvelles.

S’il n’existe pas de recette idéale pour se faire connaître, les artistes comme les professionnels de l’art ou de la communication s’accordent sur un certains nombre d’outils, de démarches à réaliser.

1. Constituez votre press-book

Le press-book est un ensemble de documents agencés de manière soignée, destiné à promouvoir votre travail. Il devra contenir des éléments biographiques, des clichés de vos œuvres, des textes sur votre démarche artistique, éventuellement des articles de presse vous concernant.

Bien que le développement d’Internet permette aujourd’hui de remplacer un press-book physique par son équivalent virtuel, il est toujours intéressant de prendre le temps d’en constituer un.

Tout d’abord, cela vous obligera à vous interroger sur votre parcours et ce que vous souhaitez mettre en avant. Choisissez des œuvres représentatives de votre démarche. Présentez vos projets et vos objectifs. Montrez votre notoriété.

Cet exercice n’est jamais vain, car il vous permet de poser les bases des éléments que vous mettrez en avant sur d’autres supports, de construire votre discours en vue de démarches ou rencontres avec des acteurs du secteur artistique. Cela montre que vous menez une réflexion construite et met en avant votre professionnalisme.

2. Utilisez les réseaux sociaux

Une présence sur les réseaux sociaux semble aujourd’hui indispensable. C’est en effet une solution efficace pour se faire connaître. Il faut toutefois prendre en compte un certain nombre de facteurs, afin de prendre un bon départ.

En effet, tous les réseaux sociaux ne sont pas intéressants pour un artiste. Il faut donc les choisir judicieusement.

Il faut avoir à l’esprit qu’il vous faudra alimenter chacun de vos comptes afin qu’ils vivent et attirent des internautes. Vous devrez aussi répondre aux questions, commentaires et critiques. Cette activité peut donc vite s’avérer chronophage. Aussi, je vous incite à limiter le nombre de profils afin de ne pas vous disperser et de limiter le temps que vous y passerez.

Créez un profil dédié à votre activité artistique, afin de dissocier vie privée et vie professionnelle. Contrairement à un profil personnel dont le contenu peut être varié, humoristique ou politique, votre profil d’artiste devra avoir un contenu plus formel et entièrement tourné vers votre travail, vos projets, éventuellement vos inspirations, coups de cœur artistiques, expositions visitées, lectures … Il sera votre carte de visite.

Il est toujours intéressant de s’inscrire dans des groupes liés à l’art : amateurs, artistes … Cela vous permet de présenter votre travail et d’obtenir des retours utiles pour faire évoluer celui-ci, vous perfectionner dans vos techniques, etc. Privilégiez des groupes ayant un bon nombre de membres, mais aussi des posts nombreux et surtout récents. Cela vous indiquera que le groupe est dynamique.

Complétez votre profil afin que les visiteurs voient votre parcours, vos références et éventuellement le lieu où ils peuvent voir des œuvres. Évitez toutefois d’indiquer l’adresse de votre atelier afin de ne pas être dérangé dans votre travail. Si vous souhaitez la faire figurer, indiquez un jour ou horaire spécifique pour regrouper les rencontres.

3. Créez votre site vitrine

Si vos profils sur les réseaux sociaux constituent une carte de visite, votre blog, page ou site sera votre vitrine.

Le choix de l’un ou l’autre des formats dépendra de la quantité d’informations et de visuels que vous souhaitez mettre en avant ou à disposition des visiteurs.Il sera aussi conditionné par votre maîtrise de la conception de sites.

Quel que soit la solution retenue, le contenu doit être soigné et professionnel, en accordant une attention particulière à la syntaxe et l’orthographe.

Page web

Une page web est généralement une page unique, hébergée sur une plateforme comportant d’autres pages.

L’avantage de cette solution est que le travail de mise en ligne de votre contenu sera minimal, la plateforme hébergeant votre page ayant défini les formats. Vous pourrez, même sans connaissance informatique réaliser ce travail seul. Le principal inconvénient est que votre page aura une visibilité relative, au milieu d’autres pages d’autres artistes. Surtout, l’adresse du site ne sera pas à votre nom d’artiste.

Toutefois, cette solution peut être envisagée si vous débutez, que vous avez peu de moyens ou que vous n’êtes pas en mesure de construire un site. Vous pouvez ensuite choisir de changer de format, en fonction des retours que vous avez sur votre travail ou du nombre de visiteurs.

Il existe un certain nombre de plateformes dédiées aux artistes comme Artmajeur, exposition peinture ou encore Artactif. Afin que votre travail soit le plus en valeur possible, n’hésitez pas à naviguer sur plusieurs sites, à prendre le temps de regarder le travail des artistes présents sur la plateforme afin de juger si votre travail y dénoterait ou s’intégrerait dans l’univers esthétique et artistique du site.

Site vitrine

Avant toute chose, il vous faut choisir un nom de domaine, c’est à dire le nom de votre site, qui apparaîtra dans les résultats des moteurs de recherche. Il faut également que ce nom soit disponible, c’est à dire qu’il ne soit pas utilisé par quelqu’un d’autre. Il faut vous en assurer en effectuant une recherche sur un site spécialisé, celui de l’AFNIC par exemple. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de l’hébergeur que vous aurez retenu. Quel que soit le nom, il faudra vous acquitter de la redevance annuelle afin de conserver votre droit d’utilisation.

Sauf si vous disposez de votre propre serveur, il vous faudra faire héberger votre site. L’offre est assez vaste. OVH est le plus connu en France, mais il existe d’autres solutions (LWS ou 1and1 par exemple).

Il existe également des solutions en ligne, permettant la création de sites avec une aide, comme Wifeo ou Wix. De nombreux thèmes et modèles sont disponibles, mais ils ne répondront pas forcément à vos attentes. Jimdo peut aussi constituer une solution intéressante qui offre une certaine souplesse dans la conception.

Enfin, il existe la solution sur-mesure, consistant à faire développer un site par un professionnel. Cette solution sera un peu onéreuse, entre 500 et 2 500 €. Votre site sera cependant totalement paramétré en fonction de vos attentes.

  • Un webdesigner créera le plus souvent votre site à partir d’une plateforme CMS (comme WordPress, CMS Made Simple, Joomla, etc.). Il sera en mesure de concevoir l’architecture, l’organisation, l’arborescence et les interfaces de votre site.
  • Un développeur web créera votre site dans sa totalité, en développant tous les éléments.

Quelle que soit la solution choisie, il est toujours utile de rédiger un « cahier des charges ». Si vous faites appel à un prestataire, ce sera même une obligation. Il sert à tous les participants à savoir quels sont les objectifs et dans quel ordre mener les actions. Il sert surtout à mesurer la réalisation par rapport au projet initial. C’est ce cahier qui vous servira à évaluer le site créé par un webdesigner, afin de savoir s’il a répondu à toutes vos attentes.

Il ne faut pas perdre de vue que la création d’un site web prend beaucoup de temps et qu’ensuite il faut en assurer la maintenance. Vous aurez également à répondre aux personnes qui vous contacterons. Un prestataire ou un agent d’artiste peut se charger de tout ou partie de ces tâches afin que vous puissiez dégager du temps et vous concentrer sur votre réflexion artistique. Ces partenaires disposent souvent d’un réseau, d’un carnet d’adresses et sauront vous conseiller sur une politique de communication.

4. Rejoignez une association ou un collectif d’artistes

Une autre voie pour vous faire connaître est de vous inscrire dans des associations culturelles. Elles peuvent regrouper des amateurs d’art, des artistes, des acteurs du marché de l’art, des étudiants …

Vous pourrez partager avec des artistes ayant les mêmes préoccupations que vous. Ils peuvent vous apporter des informations concernant des démarches, concours, expositions, etc. C’est aussi une opportunité de confronter votre travail directement à un public averti, de prendre des contacts ou d’en échanger.

Certaines associations organisent même des concours ou des salons, à l’instar de l’Association Réalités Nouvelles qui organise le salon du même nom, aussi nommé Salon de l’Abstraction.

Le but des collectifs d’artistes est l’émulation et le partage. On y mutualise les moyens et favorise les échanges de tous ordres. C’est l’occasion de monter des partenariats pour la production d’œuvres, de mutualiser les réseaux et démultiplier l’information. Il crée également une intelligence collective, qui bénéficie à tous. L’expérience du Collectif R en est une bonne illustration.

Les collectifs peuvent être éphémères, constitués dans le cadre d’un projet défini. Ce fut le cas pour l’Instant d’avant. Il faut donc se tenir informé afin de saisir les opportunités qui peuvent se présenter à vous.

5. Participez à des concours

Les concours sont des événements assez spécifiques. Ils sont organisés par des institutions publiques, des fondations, des entreprises privées, des associations. Ils sont en général annoncés sur les sites des organisateurs, mais aussi par voie de presse, dans les revues spécialisées comme par exemple Le Journal des arts, essentiellement sur sa version papier.

Vous vous demandez pourquoi participer à des concours si vous débutez ? Que vous remportiez le concours ou non, vous gagnerez en notoriété. Cela permettra de figurer dans la liste des participants, de faire circuler votre nom comme vos travaux. Vous attirerez peut-être l’attention d’amateurs, d’institutions ou de galeries.

Des bons plans ? Des expériences à partager ? Laissez un commentaire.

Si vous avez aimé cet article, épinglez-le.

Visuel pinterest faire connaître son travail d'artiste

Abonnez-vous à la

NEWSLETTER

Donnez votre avis